Un droit peu reconnu

Nous sommes toujours en pleine sélection des candidats et comme tu as pu le lire précédemment, la plupart d’entre eux se sélectionnent (et donc s’auto-éliminent) tous seuls. Cette fois encore, l’auto-sélection va éliminer des centaines de personnes qui auraient pu pourtant profiter d’un atout que je t’invite à découvrir :

Un droit peu reconnu

Après la signature du registre, chaque participant fut dirigé vers une tente dans laquelle des instructeurs exposaient les règles du jeu par groupe de 100. Beaucoup furent surpris lorsqu’on leur demanda de se dessaisir de leurs armes :

– On m’a dit qu’il y aurait des combats à mort ! Mon épée est ma force, je ne peux me battre avec d’autres armes, répliqua un jeune homme à fière allure

– Il n’y aura pas de combat à l’épée, jeune homme, répondit l’instructeur

– Tant mieux ! Je suis imbattable à mains nues, s’écria un grand trapu en frappant son poing droit dans la paume de sa main gauche.

– Mais il n’y aura pas de combat du tout. Ce n’est pas une bataille !

– Ce n’est pas du tout ce qui a été promis ! J’ai fait tout ce chemin pour rien ?!

Effectivement, beaucoup de gens ont fait ce chemin pour rien ! Les rumeurs que Fibsurves a distillé dans les esprits (et qui ont été relayés dans tout le royaume) n’ont pas eu qu’un effet dissuasif. Un certain nombre de guerriers et de patriotes zélés ont apprécié l’idée de former une armée pour envahir les royaumes voisins, et s’ils ont réussi à passer à travers tous les filtres précédents, c’est par conviction guerrière. Une conviction aussi forte que celle de Naurquive, qui était là par Amour. Une conviction aussi forte que celle de Touride, qui était là pour reprendre sa place dans une vie qui, jusque-là, ne l’avait pas épargné.

Ces convictions ont su faire face à toutes les sélections naturelles préalablement décrites. Mais à présent qu’une nouvelle réalité apparaissait pour les guerriers, c’est à dire un concours sans violence où le dépassement de soi était beaucoup plus important que la comparaison avec les autres, ils se sont sentis trahis. Ce qu’ils venaient de vivre était injuste.

Le sentiment d’injustice crée un profonde démotivation

 

Nous sommes d’accord qu’il n’y a pas vraiment d’injustice, mais juste un ressenti provoqué par des attentes qui n’avaient pas lieu d’exister. Mais ce n’est pas la réalité qui crée la motivation ou la démotivation, c’est la perception de la réalité. Lorsque nous sommes impliqués, il n’y a aucune différence entre une injustice réelle et une injustice perçue. Sauf, bien-sûr, si nous le savons et nous travaillons régulièrement cette propension à se laisser berner par une injustice créée de toute pièce…

Mais ces guerriers ne s’étaient pas préparés à ça… Ils ne sont pas passés par la case Hacoc, ils n’ont pas eu de guides pour les aider à faire face au sentiment d’injustice, et ce qu’ils venaient d’apprendre eut l’effet d’un coup de massue ! Les tentes se vidèrent de plusieurs dizaines de personnes chacune…

Le test

Les instructeurs invitèrent «les survivants» à passer un test chacun dans leur tente respective. Ils précisèrent que ce test était éliminatoire et nécessitait une attention particulière les 10 premières minutes..

Naurquive et Touride se trouvaient sous la même tente avec environ 70 autres concurrents. L’instructeur posa cette question à haute voix à la première personne qui se trouvait devant lui :

 – Que représentent ces lettres ? LMMJVSD
– Je n’en ai aucune idée !
– Il s’agit des initiales des 7 jours de la semaine.

L’homme prit ses affaires et s’en alla en dandinant de la tête… L’instructeur poursuivit, s’adressant à la personne suivante :

– A quelle distance d’ici se trouve le Palais de Miia (le royaume voisin) ?
– 800 km ? Répondit l’homme sous forme interrogative.
– 1.001 km exactement ! C’est un nombre facile à retenir n’est-ce pas ?
– Oui, dit l’homme ! Si on veut… Mais on le sait ou on ne le sait pas !
– A présent tout le monde ici le sait, et vous aussi.

L’homme haussa les épaules et sortit vaincu, comme le premier. Ce fut le tour de Naurquive :

– A quel âge la princesse fit-elle sa chute d’éléphant ?
– C’était le jour de ses 12 ans, répondit le chanceux en serrant un petit mouchoir blanc dans sa poche
– Précisément ! Répondit l’instructeur.Pensez à l’âge que vous aviez et à votre différence d’âge s’il y en a une.

Naurquive se demanda pourquoi l’instructeur lui donnait une astuces mnémotechnique alors qu’il avait donné la bonne réponse… Puis il s’aperçut qu’en prononçant cette dernière phrase, l’instructeur ne s’adressait pas à lui mais à l’ensemble des candidats…

Vint le tour de Touride :

– Quel légume peut-on utiliser pour soigner les brûlures ?
– La carotte…
– Le chou ! Reprit l’instructeur. Pensez au multiples feuilles qui se chevauchent comme des peaux qui se constituent…

Touride resta en position. L’instructeur lui sourit… Visiblement, notre héros, a compris ce que les précédents «perdants» ont occulté : il avait droit à l’erreur ! Une fois de plus Touride gratifia Hacoc dans son esprit. Le droit à l’erreur fut une grande découverte pour lui et pour les autres participants du parcours «Croire»… Que de révélations !

L’instructeur continua à poser des questions sur différents thèmes. Sur 10 personnes qui ne connaissaient pas la bonne réponse, 5 sortaient de la tente pensant que l’erreur était fatale. Le maître du jeu, sans chercher à les rattraper, donnait toujours la bonne réponse à l’ensemble des joueurs , ainsi qu’un bonus qui permettait de l’ancrer en mémoire.

Après un tour complet, il s’adressa à nouveau au à Naurquive :

– Que représentent ces lettres ? LMMJVSD
– Il s’agit des initiales des 7 jours de la semaine
– Bonne réponse !

Un homme intervint :

– C’est injuste ! Vous avez déjà donné la réponse à cette question !

– Il ne me reste plus que des questions déjà posées, dit l’instructeur… D’ailleurs, puisque vous intervenez, je vais vous poser la suivante : à quelle distance d’ici se trouve le Palais de Miia ?

– 1.500 km ?

– 1.001 km !

– Oui… C’est loin quoi…

– Merci d’avoir participé à cette présélection. Votre aventure s’arrête ici.

– Mais on a droit à une erreur et je ne l’ai pas encore commise !

– L’erreur a été commise il y a moins de 10 minutes, et j’ai donné la solution.

– Je n’ai pas écouté les réponses…

– Voilà le test éliminatoire dont je vous parlais depuis le début : ne pas apprendre de vos erreurs, ne pas saisir la chance que d’autres ont saisie en votre présence. Ne pas avoir de la curiosité. Ne pas accepter les règles… Vous êtes entré sous cette tente avec l’opportunité d’augmenter vos connaissances, mais malgré tout ce qui a été mis en place pour vous y aider, vous avez préféré en rester avec vos acquis initiaux.

L’homme sortit de la tente en grommelant.

Beaucoup d’autres candidats furent éliminés lors de ce second tour. A la fin de cette présélection, environ 1.000 candidats restèrent en lice, toutes tentes confondues. Naurquive et Touride en faisaient toujours partie. Les spectateurs prirent place dans les gradins de l’arène, et Tirame annonça :

Que le spectacle commence !

Pense à commenter cet article, c’est ton droit 😉

A demain,

Stéphane

0 0 vote
Évaluation de l'article