Comment rattraper ton retard

Ce matin, en lisant mes courriers, j’y ai trouvé une demande particulière de la part d’un participant de ce programme : ayant été malade ces derniers jours, il n’a pas pu suivre le programme depuis le début, et il souhaiterait savoir comment rattraper son retard.
 
Tout en lui écrivant sa réponse, je me suis dit qu’elle pourrait être utile à beaucoup d’autres personnes, y compris celle et ceux qui ont participé depuis le début.
 
Voici cette réponse :

Comme pour beaucoup de choses dans la vie, il est préférable de vivre intensément le présent, plutôt que de se dire qu’on a raté quelque chose.  Je t’invite donc à rejoindre la session en cours par l’activité d’aujourd’hui et d’être bien présent au jour le jour en te délestant de tout sentiment de retard.

Il est possible que je fasse référence à des concepts déjà évoqués, et lorsque ce sera nécessaire, je proposerai un lien vers le module à relire ou à revoir.

Lorsque tu le souhaiteras, tu pourras lire ou visionner les anciens modules, et là, je te recommande de commencer par le début. Mais surtout, sans jamais te dire que tu as un retard à rattraper. Tu n’as rien perdu du passé (c’est disponible à souhait), et tu as tout à gagner à entrer dans le flux du présent.

Le sentiment de retard

Le sentiment de retard est souvent plus pénalisant que le retard lui-même !

 

Beaucoup de gens renoncent à des bienfaits de la vie à cause d’un fait qu’ils transforment en sentiment désagréable.

Or cette transformation-là n’est pas obligatoire. Il existe une multitude d’autres possibilités bien plus constructives. Dans le cadre de notre programme, le fait de ne pas avoir été présent au début n’a qu’une seule incidence : vous n’aurez pas participé au début… Comme votre achat reste acquis, vous pourrez donc le faire à la fin.

Ca, c’est la réalité ! Mais le sentiment de retard, lui, peut amener à agir tout autrement. Ce qu’on voir souvent, c’est la création d’un nouveau retard. Par exemple, le retardataire va planifier un rattrapage sur 3 jours, et même si pendant ces 3 jours il réussit à rattraper 2 semaines, en pratique il créé un nouveau retard de 3 jours, qu’il faudra rattraper aussi…

L’autre pénalité amenée par ce sentiment est qu’on peut tout lui mettre sur le dos ! Par exemple, si mon article de demain n’est pas très clair, au lieu de me poser des questions ou de me demander une reformulation, le retardataire se dira que c’est probablement à cause de son retard qu’il ne comprend pas. Et pourtant, sa question aurait été utile à tout le monde…

Il y a pire  : déclarer forfait en se disant que le retard n’est pas rattrapable ! Que de gens ont abandonné leurs projets à cause de ce sentiment, alors que la réalité est bien plus clémente, voire bienveillante.

Ce que je dis-là est valable dans bien d’autres domaines : le sentiment désagréable que vous éprouvez suite à un fait, n’est pas forcément lié à ce fait, mais à une autre partie de votre parcours qui remonte à la surface et vous mène vers une action automatique.

Je suis ravi de voir qu’en ce qui concerne mon correspondant de ce matin, l’action qu’il a envisagée était de contacter une personne qui peut l’aider. Beaucoup d’autres se seraient sentis bien seuls, se disant qu’ils ne sont pas aidés dans la vie…

En plus, son intervention est Utile Au Monde ! Non seulement il est loin d’être le seul à être «en retard», mais en plus, grâce à lui j’ai écrit un article sur un sujet très important que j’aurais pu intituler  «La meilleure façon de rattraper un retard» ou mieux : «l’écart entre les faits et les sentiments».

Ainsi, même Stéphanie, Danièle, Edwige, Fred, et tant d’autres personnes qui ont ouvert leurs courriers dès le premier jour, peuvent profiter de cet article improvisé, qui a tout a fait sa place dans un programme intitulé «Etre Utile Au Monde».

J’invite ceux qui sont en retard comme à ceux qui ne le sont pas, à se poser cette question :

– Qu’est-ce que, MOI, je peux faire de ça ?

Gageons que chacune de vos réponses sera Utile Au Monde.

A++

Stéphane

0 0 vote
Évaluation de l'article