Une contrainte révélatrice

Quelques semaines après le début du confinement, j’ai appelé mon meilleur ami, Régis. Nous avons discuté une bonne heure, et comme nous sommes entrepreneurs tous les deux, nous avons évidemment parlé de l’impact de ce confinement sur nos affaires.

En bon «amicoach», après m’être assuré que lui et les siens se portaient bien, je lui ai demandé ce qu’il allait tirer de cette période de crise. Il m’a alors dit :

– Je vais rendre mes locaux professionnels. Finalement, je n’en ai plus besoin, et je vais restructurer ma boite pour qu’elle soit au top niveau en mode télétravail !

Il faut savoir que Régis fait du télétravail depuis des années puisqu’il travaille à distance. Mais il ne travaille pas de chez lui. Il loue des locaux, tant pour y accueillir ses employés (actuellement 2) que pour travailler avec une efficacité maximum. Ses tentatives de télétravail à domicile l’ont toujours amené vers la conclusion que ce n’était pas pour lui, et ce pour 2 raisons :

  • Sa femme comme ses enfants n’acceptaient pas le fait qu’il était au boulot, puisqu’il était à la maison. Il était donc sollicité comme s’il ne travaillait pas, et il chiffrait sa perte d’efficacité à environ 3 heures par jour !
  • Il avait besoin d’être proche de ses employés pour toutes sortes de communications, de la simple discussion café en mains, jusqu’au schéma griffonné en équipe pour trouver des solutions à un problème…

Chacune de ces raisons suffisait pour justifier l’utilisation de locaux professionnels. Très conscient de la valeur de son temps, il a loué des bureaux proches de son lieu d’habitation, et a recommencé plusieurs fois en fin de baux. Sans jamais remette en question sa ligne de conduite.

Cet évènement l’a contraint a revisiter sa vision du télétravail et il a fait deux constats qu’il aurait pu faire bien plus tôt, mais il ‘y a jamais pensé :

  • Ses enfants ont grandi et non plus besoin de solliciter «papounet» aussi souvent qu’avant. Aujourd’hui, il constate que même s’il est dérangé de temps en temps, il est beaucoup plus efficace qu’au bureau
  • Les outils informatiques qui permettent de collaborer en équipe ont tellement évolué, qu’il est même recommandé de les utiliser lorsqu’on travaille côte à côté…

Cette situation n’est pas nouvelle. A vue de nez, cela fait 7 ans qu’il aurait pu télétravailler à domicile, et ses employés aussi. Une seule rencontre par semaine pourrait être nécessaire, en début ou en fin de semaine. Et tout ça, il est en train de le mettre en place maintenant !

L’entreprise de Régis a perdu quelques 2.000€ par mois depuis le début de cette crise. C’est inquiétant, mais pas alarmant, car il croit en l’avenir. Cet avenir lui permettra d’économiser 1.200€ par mois (le coût de ses bureaux en région parisienne) pendant les 15 années à venir… Ce qui représente plus de 200.000€ d’ici sa retraite. En transformant ce bénéfice en épargne, il pourrait bénéficier de 120.000€ de plus pour sa retraite. Sans oublier que pour ses employés, c’est un confort de vie très attendu.

Sympa ce confinement !

La contrainte comme outil d’éveil !

Comme nous venons de le voir, toute règle de conduite a une durée de vie limitée. Les enfants grandissent, les lois évoluent, les technologies progressent… et puisque tu intègres le Développement Personnel dans ta vie, ton monde intérieur devient de plus ne plus agréable à vivre.

De même que Régis a renoncé au télétravail à domicile il y a 20 ans, sans jamais remettre en question ses principes, toi aussi, tu as forcément de vieilles prises de décision qui ont créé des règles de conduite que tu continues à respecter scrupuleusement aujourd’hui. Dans le cas de Régis, elles étaient obsolètes depuis 7 ans. Soit environ 100.000€ de charges locatives inutiles.

Ce n’est pas toujours une question d’argent trop dépensé. Cela peut être une question d’argent trop épargné au détriment d’un confort de vie… Il y a aussi tout ce qu’on rejette en bloc, alors que seulement une partie de ce bloc pourrait s’avérer délicate. Par exemple, ma belle-sœur découvre actuellement des logiciels éducatifs sur tablette. Elle s’en sert comme support pour apporter à ses enfants ce que l’école ne peut plus leur apporter. Jusque-là, elle était viscéralement «anti-écrans» ! Elle fréquentait même des militants dans ce domaine. Grâce à cette période de confinement, elle a mis de l’eau dans son vin, acceptant l’idée que «les écrans» sont des objets neutres, et qu’il appartient à chaque parent d’en définir l’usage. Un usage qui va perdurer après le confinement, car il y a eu une prise de Conscience.

Et toi qu’est-ce que ce confinement (associé à cet article) peut-il apporter à ta vie ?

Tu peux donner une exemple plus simple (ne te sens pas obligé de le chiffrer à 200.000€). Par exemple, en ce qui me concerne, ayant deux artistes capillaires à la maison dont je ne soupçonnais pas le talent, je vais économiser environ 130€ de frais de coiffure, en y allant dans mon salon préféré une fois sur deux.

Ca en fait des vinyls pour mon fils !

Et toi qu’est-ce que ce confinement (associé à cet article) peut-il apporter à ta vie ?

0 0 vote
Évaluation de l'article