Le plus grand auteur de Développement Personnel

Dans mon parcours de formation, en étudiant la psychologie cognitive et comportementale, j’ai dû à côtoyer la littérature de Freud, Jung, Adler, Frankl, Maslow… et plus récemment Milgram, Chomsky, Cyrulnik, et bien d’autres encore…

Il y a cependant un expert en psychologie qui les surclasse tous ! Et pourtant, ce génie n’a jamais lu ces illustres spécialistes de la psyché.

Le nom de cet expert est Victor Hugo ! Lisez son oeuvre phare, à savoir «Les misérables», et vous verrez que tout y est ! Chaque personnage de l’oeuvre est un fascinant cas d’étude. A chaque fois que je relis un extrait de l’oeuvre, j’ai le sentiment d’avoir perdu mon temps à lire les autres psys (à l’exception de Frankl).

Bon… J’exagère un peu, mais pas tant que ça : qui d’autre que Jean Valjean, alias Monsieur Madeleine, pourrait te parler avec profondeur du syndrome de l’imposteur ? Et au-delà de ce personnage central, redécouvrir l’histoire de Fantine, de Cosette, et même de Javert sous l’angle de la Légitimité, est un excellent moyen de faire le tour du sujet. Hugo est un précurseur dans ce domaine. Il n’est pas le premier à en parler (la Bible et la Mythologie regorgent d’exemples), mais le regard qu’il porte sur la vie de chacun des ses personnages en décrivant avec précision ce qui se déroule dans leur cerveau lorsqu’ils prennent des décision majeures, est riche d’enseignement…

  • Valjean, ce paria qui devient un homme respectable en changeant d’identité
  • Fantine, cette femme qui met au monde une enfant illégitime et qui se damne pour échanger sa légitimité de vivre contre la sienne…
  • Cosette, dont le cours de la vie ne dépend que de la mauvaise humeur de ses geôlier, et qui découvre une vie légitime lorsqu’elle est libérée par la bienveillance incarnée.
  • Javert, qui à force d’humilier son honneur en défendant des lois dont il comprend à peine le sens, en vient à perdre la légitimité de vivre…

Sans te proposer de te lancer dans la lecture de ces 2.598 pages, je t’invite simplement à commenter la réflexion suivante, qu’on peut lire dès le début de l’oeuvre :

Vrai ou faux, ce qu’on dit des hommes tient souvent autant de place dans leur vie et surtout dans leur destinée que ce qu’ils font.

Il est clairement  question de l’identité intérieure de l’être (ce qu’il fait) et de son identité extérieure (ce qu’on dit de lui). Victor Hugo place l’intérieur et l’extérieur au même niveau ! Autrement dit, tu auras beau multiplier tes actions spontanées de façon alignée sur tes valeurs, ce que les autres diront de toi continuera à influer sur ta vie…

Je t’invite à commenter cette phrase, en livrant ce qu’elle t’évoque, que ce soit positif ou négatif. Je te donnerai ensuite mon point de vue sur la question.

Je suis impatient de te lire sur ce sujet.

A++

Stéphane.

 

0 0 vote
Évaluation de l'article